“Le bonheur n’est pas un droit de chacun, c’est un combat de tous les jours”

(Orson Welles)

Le terme QVT (qualité de vie au travail) devient connu de quasiment tous les managers, c’est donc bien la preuve que la majorité des entreprises se soucie du bien être de leurs employés.

Sur ce sujet comme pour le reste, les start-up innovent, se font copier; les grands groupes et les PME ne voulant pas rester sur le bas côté…. Vous avez un train de retard ? voici comment suivre le mouvement intelligemment.

1. Dois-je prendre exemple sur Google ?

N’espérez pas initier une démarche “QVT” au sortir d’une réunion entre cadres dirigeants. Il va falloir en baver pour rendre vos employés satisfaits de leur expérience du travail surtout si vous ne vous êtes jusque là pas souciés de leur bien-être. En effet, ce n’est pas en repeignant les locaux, en installant une salle de sport ou en plantant des arbres que vous améliorerez sensiblement leur quotidien. Ce n’est pas l’urgence, loin de là.

Vous devez dans un premier temps connaître les attentes et les difficultés de vos collaborateurs, adopté un management humain. Je ne parle pas ici d’un management “bisounours”, je parle d’un management qui place l’Homme au cœur des priorités.

2.  Par où commencer ?

Etablissez un diagnostic sur ce qui freine l’épanouissement de vos collaborateurs. Donnez-leur la parole.

Facile ? pas tant que ça en fait. Il ne faut pas que cela tourne au pugilat, que chacun ressorte ses rancœurs passées. Pour ce faire, il fautexpliquer votre démarche. Ne soyez pas langue de bois.

Dîtes-leur clairement que vous souhaitez augmenter sensiblement les performances, la qualité et la sécurité dans votre entreprise/service et que cela est lié à leur épanouissement et bien-être. N’oubliez pas d’inclure les partenaires sociaux dans la démarche.

Organisez des réunions par équipe/service si possible dans un cadre sympathique en dehors de l’entreprise pour connaître les difficultés rencontrées par chacun. Définissez ensemble un plan d’actions sur les prochains mois avec des responsabilités pour vous mais aussi pour vos collaborateurs. Le bien-être au travail se construit ensemble !

“Mais quels problèmes peuvent rencontrer mes collaborateurs ?”

3.  Un manque de moyens

    L’une des premières causes d’insatisfaction est le manque de moyens pour réaliser le travail. Souvent ces problèmes ont un coût ridicule : une clé de 12, une imprimante en plus, un marqueur indélébile…
    Est-ce réellement possible qu’une entreprise mette en péril la qualité de vie au travail de ses employés pour si peu ? Ma réponse est oui et on retrouve cette situation dans beaucoup d’entreprises/services. Les causes peuvent être différentes :
– la communication : le manager direct n’a pas compris l’intérêt et l’impact d’un tel outil ou n’a tout simplement pas entendu ses collaborateurs.
– une chaîne hiérarchique/administrative lourde : la personne qui a le pouvoir de passer une commande est trop éloigné du terrain et n’a aucune vision des gains potentiels sur le quotidien du personnel. Les managers de proximité doivent dépenser une énergie considérable pour convaincre de l’importance d’un tel achat et abandonnent parfois avant.

4.  Un manque d’informations

Pour faire s’intéresser des employés, il faut déjà les intéresser. Chaque employés doit connaître les résultats de l’entreprise sur les différents indicateurs incontournable de l’entreprise/service (cf. La base de toute les méthodes d’amélioration continue).

Personne ne doit rester en marge des enjeux à venir, desdifficultés rencontrées, des objectifs à venir. L’information doit venir naturellement aux employés sans passer forcément par les partenaires sociaux. Utilisez les réunions de services, des affichages, des écrans…. Essayez de faire en sorte que ce soit ludique pour intéresser vos collaborateurs dans le temps.

5. Un manque de formation

    Vous voyez-vous faire la même chose pendant 25 ans sans élargir votre champ de compétences ni votre niveau de responsabilités et votre vision globale ? Je devine que la réponse est : “Non !”.
    Et bien c’est pareil pour vos collaborateurs. Ils ont envie même s’ils ne le montrent pas. C’est à vous d’initier la démarche : créez un plan de formations, profitez des périodes plus calmes pour élargir leur vision (façon “Vis ma vie”), transformez chaque minute comme une possibilité d’apprendre quelque chose de nouveau.
    La formation ne se résume pas à mettre de l’argent de côté pour se payer une fois par an l’intervention d’un consultant. Le savoir est déjà dans votre entreprise mais dispersé en fonction des personnes. Faîtes-les se rencontrer, mettez-tout cela en mouvement ! La formation en interne est peu coûteuse mais terriblement efficace.

Pour que ces actions soient réussies, il faut connaître vos collaborateurs : leurs besoins, leursenvies et leurs capacités. Cela passe forcément par du suivi, du dialogue et de la confiance.

    Il y a quelque chose de commun à toutes les attentes “traditionnelles” des collaborateurs présentées à l’instant. Si on résume : connaître les besoins matériels, passer l’information, dialoguer et former… Vous l’avez ? la COMMUNICATION ! Cela implique qu’une démarche QVT se construit entre direction, managers et opérationnels.

C’est souvent la cause du mal dans nos entreprises. Une fois que vous serez le champion de la communication (du dialogue), passez à l’étape suivante et innovez, faîtes de la QVT façon start-up.