On entend de plus en plus parler de générations X, Y et bientôt Z sur le marché du travail. Les managers doivent-ils adapter leur management en fonction de l’âge de leurs collaborateurs ? Je vais répondre à cette question dans l’article d’aujourd’hui mais avant de m’engager dans un argumentaire passionné, je souhaite préciser mon angle de vue.

Je ne suis pas sociologue et n’ai donc pas étudié des données factuelles permettant de dégager des résultats objectifs et statistiques sur le comportement des nouvelles générations. Pourtant je souhaite ici m’inscrire en faux sur certaines idées reçues alimentant le moulin des partisans d’un changement de management pour engager les nouvelles générations.

Des repères différents ?

Les jeunes sont-ils différents car ils se passionnent pour la téléréalité et le football qui montrent que l’on peut tout avoir (succès, argent) sans effort voire sans le moindre talent ?

Je ne pense pas.

 

La téléréalité ? il est vrai que les chtis, les marseillais, les anges montrent une image de jeunes frisants la stupidité (pardon à eux), vivre dans des villas somptueuses, conduire des voitures de luxe et se dorer la pilule toute la journée. Pourtant “Kho Lanta” est là, montre un visage opposé et passionne les nouvelles générations.

Le football ? des jeunes de 20 ans qui ne sont encore même pas dans les meilleurs clubs gagnent des millions et eux aussi conduisent des bolides. Pourtant le rugby enthousiasme de plus en plus de gens et notamment les jeunes. Le rugby exige beaucoup de volonté, de sacrifices pour le bien de l’équipe sans exposer (encore…) de grandes richesses. En termes d’état d’esprit, le rugby est un peu le football d’il y a 20 ans : un sport d’équipe !

 

Le fléau des nouvelles technologies ?

Les jeunes ne seraient jamais concentrés faute à leur smartphone, internet et les réseaux sociaux. Ils ne s’investiraient que peu de temps sur un sujet ? Là non plus, je ne pense pas.

Effectivement, ils adoptent un comportement qui n’est pas forcément compris car certains managers ont du mal à maximiser l’utilisation de la technologie, préfèrent parler en direct à leurs amis plutôt qu’aux travers de timelines Facebook et autres plateformes.  Pour moi, on parle de différence de comportement mais pas forcément d’une différence d’engagement dans leurs actions. La vie est moins animée à la machine à café, la vie de l’entreprise est moins conviviale… peut-être. Mais les nouvelles générations font toujours preuve d’engagement. Sans considération politique, elles sont souvent présentes dans les manifestations (la loi El Khomri en est la preuve), elles participent aux élections… bref elles s’intéressent à l’avenir autant voire plus que les anciennes.

Je pense que ni plus ni moins qu’avant, les jeunes d’aujourd’hui ont besoin d’objectifs et de participer aux décisions. La seule différence vient du fait qu’aujourd’hui, avec un taux de chômage important, une personne qui occupe un poste qui ne lui convient pas peut y rester plusieurs années.

Manager en fonction des générations : un non-sens

Remarquez qu’on parle de nouvelle génération tous les 10 ans. A ce rythme, il faudra bientôt adopter 5 types de managements différents (20, 30, 40 et 50 ans) ? Les managers vont devenir schizophrènes à jongler d’un management à l’autre ! La solution ? Créer de l’engagement et vu ce que l’on vient de voir, à part le taux de chômage, rien n’a vraiment changer. Les jeunes étaient, sont et seront toujours différents des plus âgés autrement les mots Expérience et Maturité n’auraient aucun sens.

Il est nécessaire de faire évoluer le management non pas à cause des nouvelles générations mais plutôt parce que beaucoup d’entreprises en sont encore au modèle autocratique, inspiré de Mr Ford et on se rend compte que ce n’est pas le modèle le plus rentable.

Alors libérez votre entreprise et la question des générations ne se posera plus.