Halte à l’arnaque !! Je me suis fait prendre pour un imbécile et j’ai horreur de ça ! Cela fait un petit moment maintenant que je donne des conseils en management et j’ai découvert le pot au rose. Certains lisent conseils, bouquins et articles sur le management libéré ou plus simplement intelligent et n’appliquent que 10% des principes.

Croyez-moi, c’est pire que de ne rien faire du tout. Vous pouvez me croire car j’en ai été la victime. Le management malin, libéré, participatif ou quelque soit le nom que vous souhaitez lui donner ne souffre d’aucune concession : soit on y croit soit on s’abstient. Mais surtout ne jamais agir comme c’est écrit dans les livres car on a entendu dire que ça fonctionne. J’imagine que vous voulez les détails de mon histoire…

Tout part d’une bonne idée

Mon entreprise décide de réunir un groupe hétérogène en âge, compétences, fonctions, sites… afin de répondre à une problématique critique au niveau national. Le groupe convoqué n’est pas trop important : 8 personnes moi inclus. Dès la convocation, je me suis senti considéré et directement emballé par l’idée de plancher à plusieurs sur un projet que je savais déjà capital.

Bien sûr, je n’attendais pas le kick-off (lancement) du projet dans mon coin, sans rien faire. Je couchais sur papier mes idées, interrogeais mes collaborateurs et collègues sur ces sujets. Je voulais être force de proposition et faire qu’ensemble, nous puissions aboutir à une méthode, solution efficace, simple et aux résultats spectaculaires.

Et patatras

Nous nous réunissons donc tous les 8 plus le responsable de projet : un top manager. Avant de démarrer, celui-ci nous rappelle à tous les enjeux. Jusque-là tout allait bien. On aurait pu être cités en exemple dans les cours de management du dernier MBA à la mode aux USA. Remontés à bloc, on aborde les différents thèmes, nos différences au sein de l’entreprise sont vécues comme une force par nous 8.

Seulement voilà, notre cher et tendre top manager n’avait rien compris à la situation. Il avait dû loupé un chapitre dans son manuel du parfait manager. En effet, il était entré dans la salle avec SA solution. Tout ce que nous proposions ne répondait pas à SES attentes. Toutes nos réticences étaient balayées devant la “pertinence” de ce qu’il proposait. Un malaise s’est très vite fait sentir. Notre top manager souhaitait faire passer SA solution comme LA solution issue des opérationnels… machiavélique.

Et voilà que 6 des huit champions que nous étions se sont mis à approuver le chef pour ne pas se le mettre à dos. Trahison !! Nous nous retrouvions alors plus que 2 à tenter de convaincre l’assemblée de persévérer dans une solution plus pertinente. Peine perdue… Devant cet échec cuisant à m’exprimer lors de cette réunion et celle d’après, j’ai décidé (tout comme mon collègue) de ne plus participer à ce projet.

Pour la petite histoire, le résultat fut un échec car non adapté à la réalité du quotidien des opérationnels.

Pour être honnête avec vous, j’ai vraiment mal vécu cette histoire et me suis senti manipulé. Je n’ai toujours pas compris la démarche de mon entreprise (que j’ai quitté depuis). Quel intérêt de donner la parole à des collaborateurs si ce n’est pas pour les écouter ?

Peut-être avez-vous connu une situation similaire ? Partagez-la, je me sentirai moins seul .