Les mots qui tuent le Leadership

Les mots qui tuent le Leadership

0

Les mots ont du sens et l’emploi de certains conditionne ou non notre réussite. Il est des expressions qui ne trompent pas et induisent dans la tête de celui qui les prononce comme de celui qui les entend un avenir plus ou moins positif.

Bien sûr, l’idéal, c’est de réfléchir avant de parler, de tourner 7 fois sa langue dans sa bouche, de relire son mail avant de cliquer sur envoyer… mais l’idéal n’existe pas. Combien de fois ai-je voulu rattraper les mots qui venaient juste de sortir de ma bouche !  J’imagine que c’est pareil pour vous…

Se rendre compte après coup que l’emploi d’un mot n’était pas le plus approprié est déjà un bon début. Je vous donne ici les expressions que j’ai réussies à bannir de mon langage et qui m’écorchent les oreilles quand je les entends.

 

Les dangers d’Essayer

L’emploi du terme “Essayer” laisse envisager à chacun une probabilité non-négligeable d’un échec à venir. Rien de pire pour vous motiver ou motiver vos troupes que d’utiliser ce mot :

“Nous allons essayer d’atteindre les objectifs…” (avec ça on est mal barré !)

“Je vais essayer de faire du sport pour perdre du poids…. Au fait, il reste un chocolat pour accompagner mon café ?” (J’exagère un peu là)

A chaque fois, l’échec pointe le bout de son nez alors que nous n’avons initié aucune action. Pas la peine de le remplacer par un autre mot, supprimons-le tout simplement et le sens de nos propos devient beaucoup plus fort, plus inspirant :

“Nous allons améliorer la rentabilité, le CA, atteindre nos objectifs…”

“Je vais passer plus de temps avec mes enfants, me mettre au sport…”

 

Plus de place aux “Mais”

“Mais” est un petit mot qui aboutit à de grands maux… On emploie cette conjonction à tort et à travers. Pourtant, certains usages de ce terme sont néfastes aux relations vertueuses. En effet, on l’emploie même quand on est d’accord avec l’autre.

“Vous avez raison mais…”

“C’est une très bonne idée mais…”.

Le “mais” détruit le début des phrases, il marque une très forte contradiction. Utilisons plutôt le mot “et”, encore plus court et beaucoup plus consensuel.

“Vous avez raison, et je rajouterai…”

“C’est une très bonne idée et en plus…”

Insistons sur ce qui nous rassemble plutôt que ce qui nous divise. Construisons ensemble.

 

“Normalement, ça devrait fonctionner”

Nous avons tous dit cette phrase devant un échec cuisant… “Normalement” traduit généralement ce qui devrait être mais qui n’en est rien. “Normalement la procédure est …”, sous-entend qu’on connait la procédure mais qu’on ne la respecte pas.

Bannissons ce terme de toutes nos conversations, il doit nous écorcher la langue quand nous l’employons et agresser les oreilles quand nous l’entendons.

Faire remarquer à un collaborateur qui prononce ce mot, son sens réel. “Normalement, je suis exemplaire” devient “il peut m’arriver de déroger à quelques règles”. Ainsi, on est tous conscients de la réalité de la situation.

Bannir ce mot aboutit à des échanges honnêtes et francs.

 

Les expressions interdites

Voici ce qui a le don de m’hérisser les poils alors n’envisagez même pas me l’entendre dire un jour :

“Comme un lundi” (en réponse à “Comment ça va ?”)

“Bon courage”

“C’est une journée à oublier”

“On a manqué de chance”, “on a la poisse”… après un échec, ce type de remarque permet d’éviter de se poser les bonnes questions, donc d’apprendre et progresser.

Pour résumer : “Normalement, j’essaye d’être organisé mais aujourd’hui, j’ai mal au ventre. Je me sens aussi bien qu’on pourrait l’être un lundi alors souhaitez moi bon courage pour affronter cette journée à oublier. Imaginez en plus que la malchance s’en mêle !”. Bon, soyons honnête, quand on arrive à ce stade, il vaut mieux retourner se coucher.

 

Et vous, quels expressions refusez-vous d’employer ? Quels mots vous font mal aux oreilles ?

 

Partager :

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire