Leadership : Pas de peur sans réaction !

Leadership : Pas de peur sans réaction !

Nous ressemblons beaucoup à des primates évolués ; nous partageons avec le cochon 98% de notre génome ; d’après Aristote, “L’homme est un animal social” … Je pourrai continuer ainsi encore longtemps mais ça n’apportera pas plus au propos du jour. L’important, c’est d’avoir conscience que nous présentons des similitudes avec les animaux. Plus que sur notre ressemblance physique et génétique, j’aimerai insister sur nos comportements communs face à un élément extérieur : la peur.

 

Les êtres humains, comme les animaux, peuvent répondre aux stimuli de la peur par deux réactions : la fuite ou la violence. Mais l’Homme présente aussi quelques originalités et en tant que manager, vous ne pouvez pas les occulter.

 

Réactions possibles face à la peur

– Fuite : mettre tout en œuvre pour ne plus rester à la même place (localité, poste, responsabilité…)

– Violence : hausser le ton, voir menacer

– Immobilité : ne plus rien dire, agir sur commande sans réfléchir

– Coopération : se mettre du côté de l’agresseur et “pointer du doigt” les autres.

– Négociation : demander à l’autre de se calmer, proposer un marché.

Chaque fois qu’un collaborateur réagit de cette manière, dîtes-vous qu’il est en situation de peur. A vous d’identifier son origine.

 

Les sources de peurs en entreprise

L’ignorance

– Ne pas savoir ce qui se passe autour de nous : toute personne qui n’est pas à l’aise dans ses tâches au quotidien, pas assez formée ou accompagné.

– Ne pas comprendre à quoi servent nos actions : savoir parfaitement comment faire son travail, bien le faire mais ne pas y voir de pourquoi, de réelle valeur ajoutée.

– Ne pas cerner le sens de l’évolution de notre métier : voir notre métier évoluer mais ne pas comprendre pourquoi et comment. Ne pas participer à cette évolution, en être le simple spectateur. Subir le changement.

La violence

des mots employés par notre collègue ou notre responsable : subir des insultes, des mots rabaissants. Etre juger sur sa personne et pas sur ses actes.

des choix, des décisions prises par notre hiérarchie : subir l’injustice, la sanction inexpliquée et brutale.

l’insécurité est une forme de violence : si notre avenir ou celui de l’entreprise est en pointillé, comment se sentir serein ?

 

 

Face à l’une des 5 réactions vue précédemment, posez-vous ces questions :

– Mon interlocuteur est-il bien formé, accompagné ?

– Trouve-t-il un intérêt dans son travail ? Comprend-il pourquoi il doit obtenir de tels résultats ?

– Lui ai-je bien expliqué où nous souhaiterions aller ? Construit-il la route avec nous ?

– Est-ce que je parle de son travail ou de sa personne ?

 

 

 

 

Partager :

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire